Les logiques et les chronologiques lois de la nature.

moisejesusmohamed@yahoo.fr

http://moisejesusmohamed.unblog.fr

Organisation des Cultes Unis

O.C.U.

 

Les logiques et les chronologiques lois de la nature.

 

Le grand et adorable Averroès (Ibn Rochd), le vrai représentant de la science universelle et père des sciences modernes avait dit :

« Dieu est antérieur au monde ; il faut comprendre cela d’une façon logique non chronologique ».

delete

L’intuition et la façon de rêver de ce génie universel lui avait permis de découvrir qu’il existe deux mondes, un monde dépendant de la notion de temps et un monde indépendant de celle-ci, un monde chronologique et un monde logique auxquels étaient respectivement associés deux pensées différentes, complémentaires et intimement liées, la pensée chronologique et la pensée logique, l’une pour mesurer cet univers, l’autre, pour l’apprécier.

Galilée, le représentant de la logique universelle, avait dit :

  »La philosophie, la vérité, Dieu se trouve dans cet immense livre qui se tient constamment sous nos yeux, l’univers qui ne peut se comprendre que si l’en a préalablement appris à comprendre la langue utilisée et à connaître les caractères employés pour l’écriture. delete Ce livre est écrit dans la langue mathématique, ses caractères sont des triangles, des cercles et d’autres figures géométriques sans l’intermédiaire desquels il est impossible d’en comprendre un seul mot. »

Le merveilleux Galilée avait complété cette idée de logique et de chronologique de son prédécesseur et maître, Averroès, par la notion de corps et d’âme pour cet univers, l’alphabet et la langue utilisée représente son corps, l’idée développée, son âme. L’univers est une merveilleuse encyclopédie divine écrite par la main divine, dans une divine langue mathématique avec des lettres divines, les différentes figures géométriques que nous voyons, les corps des objets et des êtres. Elle est rédigée dans une langue divine derrière laquelle le créateur avait développé une merveilleuse idée, les âmes qui donnent un sens aux caractères et aux mots rédigés dans ce divin livre univers.

L’âme, l’idée développée dans cette divine encyclopédie ne peut être saisie que si l’on a préalablement appris à connaître les caractères alphabétiques employés, ce que vous voyez comme objets formés à base d’atomes, et à comprendre la divine langue dans laquelle avait été rédigée cette merveille. Pour connaitre ces divins caractères et comprendre cette divine langue employée, il suffit de vouloir parce qu’ils sont en « Nous » et en « En Nous ». Il n’y a que ceux qui ne veulent pas comprendre qui ne peuvent connaitre ni les caractères employés, ni comprendre la langue utilisée. Pourquoi ? Parce qu’en pensant, ils n’utilisent que leur partie « Nous » ; leur partie « En Nous » est complètement inhibée. Pourquoi et par quoi, leur « En Nous » avait été inhibée ? Parce que leur matérialiste civilisation avait été transformée en religion, ce qui les avait transformés en robots vides de tout sens, des « Nous » sans « En Nous », des corps de plus en plus beau et de plus en plus vides, de malades corps maquillés de santé.

Depuis la nuit des temps, l’admirable Ibn Rochd et le grand Galilée avaient été les rares hommes de sciences universelles à avoir pris comme point de départ de quelques unes de leurs principales idées,  cette logique énergie qui est en eux, leur âme, et la pensée logique qui est en elles. Grâce à elle et à ses logiques bases, ils sont arrivés à avoir une façon de penser unique, la logique façon de penser. Elles avaient libéré leurs pensées en leurs faisant éviter la voie empruntée  par le temps et sa chronologique pensée. 

delete

Guidé par cette divine énergie qui est en eux, l’âme, c’était comme s’ils avaient dépassé la vitesse du temps ou voyagé sur un trajet parallèle à celui emprunté par celui-ci, ou peut-être verticale et perpendiculaire à celui-ci. C’était comme si, volontairement ils se sont laissés aspirer par cette indéfinissable merveilleuse notion de temps, le Présent. Leurs merveilleuses pensées logiques leurs avaient fait découvrir Dieu et la partie caché de son monde, sa partie qualitative appréciable non mesurable, le monde logique avec ses indéfinissables différents éléments logiques, son temps logique, son espace logique et sa matière logique.

Victimes de la notion temps, tous les autres hommes de sciences s’étaient égarés dans les labyrinthes de la chronologie et de sa chronologique ; c’est comme se sont laisser stéréotypés par celles-ci. Ils ne pensent et ne vivent que d’une façon convenable très différente de la façon de penser et de vivre convenablement, une auto-hypocrite façon de penser et une auto-stupide façon de vivre (le sage Bertrand Russel). 

Pour ces intelligents stéréotypés hommes de sciences, ces soi-disant hommes de sciences intelligents qui n’arrêtent pas de découvrir sans rêver, les hommes de sciences qui découvrent tout en rêvant ne sont que des soi-disant idiots. Tout en rêvant, ces derniers, ces soi-disant idiots découvrent des choses tellement imprévisibles qu’elles mettent en déroute les plus  intelligents des soi-disant intelligents. D’après vous, quelle est  le groupe des idiots, celui de ces déroutés soi-disant intelligents  ou celui de ces déroutants soi- disant idiots. (La bruyère).

 A vous d’en juger !?!

 Découvrir tout en rêvant c’est découvrir à l’aide de notre âme, de ce qui est  « en nous », être libéré du temps ; ce qui nous permet de distinguer les côtés et de découvrir ce qu’il y’a de caché. Découvrir sans rêver, c’est découvrir à l’aide de notre corps, de ce qui est « Nous », se comporter en robot conditionné par la notion de temps et sa pensée chronologique.delete

Pour comprendre le « Nous » et le « En Nous », c’est très simple ; il suffit de vivre son présent, le vivre comme un enfant, le vivre tout en rêvant. La plupart des adultes ne vivent pas et n’arrivent pas à vivre ; c’est comme s’ils ne peuvent pas vivre ou ne veulent pas vivre, une sorte de suicide latent. Pourquoi ? Parce qu’ils passent à côté de leur présent et le rate. Ils passent cette merveilleuse indéfinissable notion de temps, le présent à se lamenter sur un passé qu’ils ont raté et sur un futur qu’ils ne sont pas sûr d’atteindre et en plus, ils font tout pour le rater (La Bruyère).

A vous d’en juger !?!

Les lois qui régissent notre monde sont des lois logiques étudiées d’une façon chronologique par l’homme parce qu’il porte des œillères, le guide temps qui l’empêchent de voir sur les côtés où l’essentiel se cache. Le temps n’est qu’une quantité de temps futur Qtf qui n’arrête pas de se transformer ou plutôt d’être avalée et transformée en quantité de temps passé Qtp, par une mystérieuse main, le présent t qui n’est pas une quantité de temps à mesurer mais une qualité de temps à apprécier.

delete

La quantité de futur Qtf qui n’est en réalité qu’une quantité de temps passé Qtp au futur, et la quantité de temps passé Qtp qui n’est qu’une quantité de temps futur Qtf au passé, représentent la partie chronologique du temps, le corps de la notion temps, l’être temps. Le présent représente, sa partie logique, l’âme du corps temps, de cet être temps, une mystérieuse main qui n’arrête pas de successivement lire les pages quantité de temps futur Qtf et de les tourner ensuite vers les pages quantité de temps passé Qtp de la merveilleuse encyclopédie univers. Les pages Qtf représente les pages non encore lues par le lecteur Présent, les pages Qtp, les pages lues par cette merveilleuse notion de temps que personne n’est arrivé à définir. Cette notion de présent est tellement petite et tellement infime que lorsqu’on cherche à la définir en cherchant à la mesurer, elle tend vers zéro tout en tendant vers infinie. C’était comme si on ne connaissait qu’une seule façon de mesurer, une seule méthode, l’horizontale méthode de mesurer imposée par la quantique notion de la chronologie. Mais il existe sûrement d’autres méthode, peut être une façon verticale de mesurer. Le présent se mesure peut-être verticalement. Il suit probablement un trajet perpendiculaire à celui  du temps quantique Qtf et Qtp et se coupant au point séparant ces deux quantités Qtf et Qtp, le fameux point zéro, le présent ?

Des terres agricoles avaient été attribuées à des agriculteurs qui, avec le temps, avaient grignoté une parcelle d’un des leurs qui était absent depuis plusieurs mois. Ce malchanceux se présente et il n’arrive plus à localiser sa parcelle ; tout fâché et inquiet, il hurla devant le sourire moqueur d’un de ses amis qui étaient en sa compagnie. Tout en ironisant, ce dernier lui dit :

Ta parcelle, la direction de l’agriculture l’a sûrement mesurée verticalement !

La parcelle de terre est une quantité d’espace, une notion quantique ; elle est à mesurer d’une façon chronologique, à mesurer horizontalement en quantité de mètres. C’est pour  cela qu’elle avait été récupéré Le présent est une notion immensurable donc c’est une notion logique, une notion à mesurer verticalement, une notion à apprécier. Les notions chronologiques sont à mesurer en mètre, en gramme, en secondes, en joules et (…) ; les notions qualique sont à mesurer verticalement, à apprécier.   

La quantité de temps futur Qtf et la quantité de temps passé Qtp sont des notions chronologiques, des notions mesurables horizontalement ; le présent est une notion logique, une notion mesurable verticalement, mesurable d’une façon logique non chronologique, une notion à apprécier.

Ma vérité est une vérité pour moi mais, elle va probablement être prise par mes semblables pour des mensonges ; ce que vous considérez comme un ensemble de mensonges peut contenir au moins une part de vérité. Votre vérité est une vérité pour vous, et un mensonge pour moi mais, ce que je considère comme un ensemble de mensonges peut contenir au moins une part de vérité.

Comment découvrir la réalité ?  Avant de chercher à découvrir la réalité, il faut commencer par la définir.

 La réalité c’est quoi ?  Ce qui est nous, notre corps, le « Nous » ou le « En Nous », ce qui est en nous, notre âme, ou les deux ensemble ?

Chez tout être, c’est la partie âme qu’on apprécie ; le corps, on le mesure. Un corps seul n’est qu’un tas de matière qui va bientôt commencer à puer ; il faut s’en débarrasser, le jeter dans un trou et le couvrir d’une tonne de terre. D e sagesse, l’âme n’arrête pas de parfumer le corps qui n’arrête pas de se souiller de raison. La guerre est une raison du corps, la raison de faire la guerre ; la paix, une sagesse de l’âme, la sagesse de s’opposer à la guerre.  

La raison de l’orgueilleux corps cherche à nous faire croire qu’on ne peut avoir d’esprit sain que dans un corps sain, « un esprit sain dans un corps sain ». La  réalité est juste l’inverse ; on ne peut avoir de corps sain que lorsque l’esprit correspondant est sain « un corps sain dans un esprit sain ». Un corps peut se maquiller de santé, l’âme, non. Le pauvre maniaque corps n’arrête pas de se laver, de se maquiller, de se soigner et de se couvrir parce qu’il est sale, moche, malade et fragile et il parle de santé.

L’âme est une forme d’énergie indéfinissable, une notion qui ne peut être qu’appréciée, une notion qualitative, qualique. Le présent est une forme de temps indéfinissable ; puisqu’il est indéterminable, il ne peut être qu’apprécier, une notion qualique ; il est peut-être aussi une sorte d’énergie mais d’une autre forme autre que celle de l’âme !?!

Tous les secrets sont cachés derrière la logique énergie, l’âme, et la logique notion de temps, le présent.

L’âme c’est quoi ?

Le présent c’est quoi ?

La maladie c’est quoi ?

La mort c’est quoi ?

Quels sont les rapports entre le temps, la maladie et la mort ?

Si le grand Averroès et l’adorable Galilée avaient tous deux été victimes des charlatans de leur époque, de leurs sorcelleries transformées en religion dans laquelle l’illusion est prise pour une vérité, les sages logiques hommes de sciences de notre époque sont victimes de la matérialiste civilisation transformée en religion, et de sa chronologique logique chez laquelle l’univers n’est que de la masse, des mètres, des secondes et des joules à mesurer.

 

Discutons avec sagesse et confiance, le cœur dans la main, une sagesse de l’âme qui fait confiance jusqu’à preuve du contraire, pas avec raison et méfiance, la main sur le cœur, une raison du corps qui n’a confiance en rien jusqu’à preuve du contraire, et quel contraire.

 

A suivre (…)

Les logiques et les chronologiques lois de la nature.

moisejesusmohamed@yahoo.fr

http://moisejesusmohamed.unblog.fr

Organisation des Cultes Unis

(O.C.U.)

 

Les logiques et les chronologiques lois de la nature.

 

Le grand et adorable Averroès (Ibn Rochd), le vrai représentant de la science universelle et père des sciences modernes avait dit :

« Dieu est antérieur au monde ; il faut comprendre cela d’une façon logique non chronologique ».

delete

L’intuition et la façon de rêver de ce génie universel lui avait permis de découvrir qu’il existe deux mondes, un monde dépendant de la notion de temps et un monde indépendant de celle-ci, un monde chronologique et un monde logique auxquels étaient respectivement associés deux pensées différentes, complémentaires et intimement liées, la pensée chronologique et la pensée logique, l’une pour mesurer cet univers, l’autre, pour l’apprécier.

Galilée, le représentant de la logique universelle, avait dit :

  »La philosophie, la vérité, Dieu se trouve dans cet immense livre qui se tient constamment sous nos yeux, l’univers qui ne peut se comprendre que si l’en a préalablement appris à comprendre la langue utilisée et à connaître les caractères employés pour l’écriture. delete Ce livre est écrit dans la langue mathématique, ses caractères sont des triangles, des cercles et d’autres figures géométriques sans l’intermédiaire desquels il est impossible d’en comprendre un seul mot. »

Le merveilleux Galilée avait complété cette idée de logique et de chronologique de son prédécesseur et maître, Averroès, par la notion de corps et d’âme pour cet univers, l’alphabet et la langue utilisée représente son corps, l’idée développée, son âme. L’univers est une merveilleuse encyclopédie divine écrite par la main divine, dans une divine langue mathématique avec des lettres divines, les différentes figures géométriques que nous voyons, les corps des objets et des êtres. Elle est rédigée dans une langue divine derrière laquelle le créateur avait développé une merveilleuse idée, les âmes qui donnent un sens aux caractères et aux mots rédigés dans ce divin livre univers.

L’âme, l’idée développée dans cette divine encyclopédie ne peut être saisie que si l’on a préalablement appris à connaître les caractères alphabétiques employés, ce que vous voyez comme objets formés à base d’atomes, et à comprendre la divine langue dans laquelle avait été rédigée cette merveille. Pour connaitre ces divins caractères et comprendre cette divine langue employée, il suffit de vouloir parce qu’ils sont en « Nous » et en « En Nous ». Il n’y a que ceux qui ne veulent pas comprendre qui ne peuvent connaitre ni les caractères employés, ni comprendre la langue utilisée. Pourquoi ? Parce qu’en pensant, ils n’utilisent que leur partie « Nous » ; leur partie « En Nous » est complètement inhibée. Pourquoi et par quoi, leur « En Nous » avait été inhibée ? Parce que leur matérialiste civilisation avait été transformée en religion, ce qui les avait transformés en robots vides de tout sens, des « Nous » sans « En Nous », des corps de plus en plus beau et de plus en plus vides, de malades corps maquillés de santé.

Depuis la nuit des temps, l’admirable Ibn Rochd et le grand Galilée avaient été les rares hommes de sciences universelles à avoir pris comme point de départ de quelques unes de leurs principales idées,  cette logique énergie qui est en eux, leur âme, et la pensée logique qui est en elles. Grâce à elle et à ses logiques bases, ils sont arrivés à avoir une façon de penser unique, la logique façon de penser. Elles avaient libéré leurs pensées en leurs faisant éviter la voie empruntée  par le temps et sa chronologique pensée. 

delete

Guidé par cette divine énergie qui est en eux, l’âme, c’était comme s’ils avaient dépassé la vitesse du temps ou voyagé sur un trajet parallèle à celui emprunté par celui-ci, ou peut-être verticale et perpendiculaire à celui-ci. C’était comme si, volontairement ils se sont laissés aspirer par cette indéfinissable merveilleuse notion de temps, le Présent. Leurs merveilleuses pensées logiques leurs avaient fait découvrir Dieu et la partie caché de son monde, sa partie qualitative appréciable non mesurable, le monde logique avec ses indéfinissables différents éléments logiques, son temps logique, son espace logique et sa matière logique.

Victimes de la notion temps, tous les autres hommes de sciences s’étaient égarés dans les labyrinthes de la chronologie et de sa chronologique ; c’est comme se sont laisser stéréotypés par celles-ci. Ils ne pensent et ne vivent que d’une façon convenable très différente de la façon de penser et de vivre convenablement, une auto-hypocrite façon de penser et une auto-stupide façon de vivre (le sage Bertrand Russel). 

Pour ces intelligents stéréotypés hommes de sciences, ces soi-disant hommes de sciences intelligents qui n’arrêtent pas de découvrir sans rêver, les hommes de sciences qui découvrent tout en rêvant ne sont que des soi-disant idiots. Tout en rêvant, ces derniers, ces soi-disant idiots découvrent des choses tellement imprévisibles qu’elles mettent en déroute les plus  intelligents des soi-disant intelligents. D’après vous, quelle est  le groupe des idiots, celui de ces déroutés soi-disant intelligents  ou celui de ces déroutants soi- disant idiots. (La bruyère).

 A vous d’en juger !?!

 Découvrir tout en rêvant c’est découvrir à l’aide de notre âme, de ce qui est  « en nous », être libéré du temps ; ce qui nous permet de distinguer les côtés et de découvrir ce qu’il y’a de caché. Découvrir sans rêver, c’est découvrir à l’aide de notre corps, de ce qui est « Nous », se comporter en robot conditionné par la notion de temps et sa pensée chronologique.delete

Pour comprendre le « Nous » et le « En Nous », c’est très simple ; il suffit de vivre son présent, le vivre comme un enfant, le vivre tout en rêvant. La plupart des adultes ne vivent pas et n’arrivent pas à vivre ; c’est comme s’ils ne peuvent pas vivre ou ne veulent pas vivre, une sorte de suicide latent. Pourquoi ? Parce qu’ils passent à côté de leur présent et le rate. Ils passent cette merveilleuse indéfinissable notion de temps, le présent à se lamenter sur un passé qu’ils ont raté et sur un futur qu’ils ne sont pas sûr d’atteindre et en plus, ils font tout pour le rater (La Bruyère).

A vous d’en juger !?!

Les lois qui régissent notre monde sont des lois logiques étudiées d’une façon chronologique par l’homme parce qu’il porte des œillères, le guide temps qui l’empêchent de voir sur les côtés où l’essentiel se cache. Le temps n’est qu’une quantité de temps futur Qtf qui n’arrête pas de se transformer ou plutôt d’être avalée et transformée en quantité de temps passé Qtp, par une mystérieuse main, le présent t qui n’est pas une quantité de temps à mesurer mais une qualité de temps à apprécier.

delete

La quantité de futur Qtf qui n’est en réalité qu’une quantité de temps passé Qtp au futur, et la quantité de temps passé Qtp qui n’est qu’une quantité de temps futur Qtf au passé, représentent la partie chronologique du temps, le corps de la notion temps, l’être temps. Le présent représente, sa partie logique, l’âme du corps temps, de cet être temps, une mystérieuse main qui n’arrête pas de successivement lire les pages quantité de temps futur Qtf et de les tourner ensuite vers les pages quantité de temps passé Qtp de la merveilleuse encyclopédie univers. Les pages Qtf représente les pages non encore lues par le lecteur Présent, les pages Qtp, les pages lues par cette merveilleuse notion de temps que personne n’est arrivé à définir. Cette notion de présent est tellement petite et tellement infime que lorsqu’on cherche à la définir en cherchant à la mesurer, elle tend vers zéro tout en tendant vers infinie. C’était comme si on ne connaissait qu’une seule façon de mesurer, une seule méthode, l’horizontale méthode de mesurer imposée par la quantique notion de la chronologie. Mais il existe sûrement d’autres méthode, peut être une façon verticale de mesurer. Le présent se mesure peut-être verticalement. Il suit probablement un trajet perpendiculaire à celui  du temps quantique Qtf et Qtp et se coupant au point séparant ces deux quantités Qtf et Qtp, le fameux point zéro, le présent ?

Des terres agricoles avaient été attribuées à des agriculteurs qui, avec le temps, avaient grignoté une parcelle d’un des leurs qui était absent depuis plusieurs mois. Ce malchanceux se présente et il n’arrive plus à localiser sa parcelle ; tout fâché et inquiet, il hurla devant le sourire moqueur d’un de ses amis qui étaient en sa compagnie. Tout en ironisant, ce dernier lui dit :

Ta parcelle, la direction de l’agriculture l’a sûrement mesurée verticalement !

La parcelle de terre est une quantité d’espace, une notion quantique ; elle est à mesurer d’une façon chronologique, à mesurer horizontalement en quantité de mètres. C’est pour  cela qu’elle avait été récupéré Le présent est une notion immensurable donc c’est une notion logique, une notion à mesurer verticalement, une notion à apprécier. Les notions chronologiques sont à mesurer en mètre, en gramme, en secondes, en joules et (…) ; les notions qualique sont à mesurer verticalement, à apprécier.   

La quantité de temps futur Qtf et la quantité de temps passé Qtp sont des notions chronologiques, des notions mesurables horizontalement ; le présent est une notion logique, une notion mesurable verticalement, mesurable d’une façon logique non chronologique, une notion à apprécier.

Ma vérité est une vérité pour moi mais, elle va probablement être prise par mes semblables pour des mensonges ; ce que vous considérez comme un ensemble de mensonges peut contenir au moins une part de vérité. Votre vérité est une vérité pour vous, et un mensonge pour moi mais, ce que je considère comme un ensemble de mensonges peut contenir au moins une part de vérité.

Comment découvrir la réalité ?  Avant de chercher à découvrir la réalité, il faut commencer par la définir.

 La réalité c’est quoi ?  Ce qui est nous, notre corps, le « Nous » ou le « En Nous », ce qui est en nous, notre âme, ou les deux ensemble ?

Chez tout être, c’est la partie âme qu’on apprécie ; le corps, on le mesure. Un corps seul n’est qu’un tas de matière qui va bientôt commencer à puer ; il faut s’en débarrasser, le jeter dans un trou et le couvrir d’une tonne de terre. D e sagesse, l’âme n’arrête pas de parfumer le corps qui n’arrête pas de se souiller de raison. La guerre est une raison du corps, la raison de faire la guerre ; la paix, une sagesse de l’âme, la sagesse de s’opposer à la guerre.  

La raison de l’orgueilleux corps cherche à nous faire croire qu’on ne peut avoir d’esprit sain que dans un corps sain, « un esprit sain dans un corps sain ». La  réalité est juste l’inverse ; on ne peut avoir de corps sain que lorsque l’esprit correspondant est sain « un corps sain dans un esprit sain ». Un corps peut se maquiller de santé, l’âme, non. Le pauvre maniaque corps n’arrête pas de se laver, de se maquiller, de se soigner et de se couvrir parce qu’il est sale, moche, malade et fragile et il parle de santé.

L’âme est une forme d’énergie indéfinissable, une notion qui ne peut être qu’appréciée, une notion qualitative, qualique. Le présent est une forme de temps indéfinissable ; puisqu’il est indéterminable, il ne peut être qu’apprécier, une notion qualique ; il est peut-être aussi une sorte d’énergie mais d’une autre forme autre que celle de l’âme !?!

Tous les secrets sont cachés derrière la logique énergie, l’âme, et la logique notion de temps, le présent.

L’âme c’est quoi ?

Le présent c’est quoi ?

La maladie c’est quoi ?

La mort c’est quoi ?

Quels sont les rapports entre le temps, la maladie et la mort ?

Si le grand Averroès et l’adorable Galilée avaient tous deux été victimes des charlatans de leur époque, de leurs sorcelleries transformées en religion dans laquelle l’illusion est prise pour une vérité, les sages logiques hommes de sciences de notre époque sont victimes de la matérialiste civilisation transformée en religion, et de sa chronologique logique chez laquelle l’univers n’est que de la masse, des mètres, des secondes et des joules à mesurer.

 

Discutons avec sagesse et confiance, le cœur dans la main, une sagesse de l’âme qui fait confiance jusqu’à preuve du contraire, pas avec raison et méfiance, la main sur le cœur, une raison du corps qui n’a confiance en rien jusqu’à preuve du contraire, et quel contraire.

 

A suivre (…)

Bonjour tout le monde !



Rencontres d’Archéologie et... |
Facteurs et mécanismes à l'... |
TapChan Project |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Blog sur l' Approche Systém...
| fourmisdumonde
| maths infini